Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ce que je sais

La productivité : 6 prises de conscience pour l'apprivoiser.

Récemment, j'ai repéré et décidé de relever le défi proposé par le site Réussir mon e-commerce : rédiger un article sur le thème de la productivité. Ce site offre beaucoup de conseils pour améliorer sa productivité. Il est orienté business, mais je pense que la plupart des astuces peuvent s'appliquer à toutes les tâches du quotidien.

Ce défi m'a poussé à une introspection intéressante sur mon rapport personnel à la productivité.

J'ai longtemps été hostile à la notion de productivité. Car pour moi elle était synonyme de travail, et comme vous le savez déjà si vous vous êtes farci des cours de latin au collège, le verbe travailler vient du latin tripaliare qui signifie tout simplement torturer. Ca donne envie n'est-ce pas ?

Notre société valorise énormément le sacrifice, la souffrance, l'effort, et le travail est présenté à travers ce prisme : il faut mériter son confort de vie, en sacrifiant son temps, avec le paradoxe confinant au masochisme de devoir en prime aimer son travail. Les personnes souhaitant juste vivre, profiter, être heureuses, sont vues au mieux comme des idéalistes, des hippies, au pire comme des fainéants ou des parasites de la société.

Et bien j'en suis ! Idéaliste ou parasite, comme vous voulez :) 

Feignasse en revanche, je ne suis pas d'accord. Pourtant, j'ai longtemps pensé ça de moi-même...

Chaque fois que j'ai travaillé pour une entreprise, j'ai été malheureuse. J'avais vraiment l'impression de sacrifier ma ressource la plus précieuse : mon temps, pour produire des choses qui n'avaient aucun sens pour moi.

Prise de conscience productive numéro 1 : les gens perçus comme fainéants sont souvent juste des personnes n'ayant pas trouvé leur passion ou leur source de motivation.

Mon rêve alors était de trouver une source de revenus passifs, et de n'avoir plus aucune obligation ni contrainte horaire.

Je n'ai pas réalisé ce rêve, mais j'ai tout de même quitté l'emploi qui me rendait malheureuse. Après une période très éprouvante liée à un deuil, à des soucis de santé, et à un changement global de vie, j'ai passé de longs mois à végéter. J'étais vidée. Productivité zéro ! Tout me fatiguait, rien ne m'intéressait.

Mais c'était juste une phase, le temps que je récupère un peu d'énergie.

C'est la que j'ai commencé à me réconcilier avec la productivité. En réalisant tout d'abord que mon quotidien, qui n'impliquait aucun effort, ne me rendait pas heureuse pour autant.

Prise de conscience productive numéro 2 : rien (ou presque) n'arrive sans effort !

Mon logement était très négligé, j'étais physiquement ramollie, et mon intellect dépérissait à force de comater devant la télé. Mes journées n'avaient pas plus de sens que lorsque je les sacrifiais au bureau.

Un constat s'est donc imposé : il allait falloir réapprendre à faire des efforts. Et essayer d'avoir des journées... productives ! Oui, mais en produisant une richesse utile pour moi-même, pour mes proches, et éventuellement quelques voisins : la propreté et le bien être sont des richesses produites par l'effort de faire le ménage régulièrement, la connaissance est une richesse produite par l'effort de faire des recherches, faire l'effort de se remettre au sport produit une meilleure condition physique... etc.

Prise de conscience productive numéro 3 : pour avoir envie d'être productive, il faut que la richesse produite ait du sens pour moi.

J'ai donc voulu tout révolutionner, avoir un intérieur impeccable, faire beaucoup de sport, lire beaucoup de livres, et puis forcément je me suis épuisée et je suis revenue en quelques semaines à la case départ.

Prise de conscience productive numéro 4 : il vaut mieux produire peu mais régulièrement que vouloir en faire trop d'un coup.

J'ai réfléchi et mis en place des routines, fait des listes d'idées, de petites choses à mettre en place jour après jour : marcher un minimum de 7500 pas chaque matin (nombre suggéré par mon appli podomètre...), lire un bouquin par semaine, consacrer 20 minutes par jour au ménage...

Je me rappelle quand j'ai élaboré cette liste : c'était la fin d'après midi, mon conjoint allait bientôt rentrer. Trop tard donc pour me mettre au ménage. Le lendemain matin, il pleuvait fort : pas de bol, raté pour la balade. Près d'une semaine s'est écoulée ainsi, avec chaque jour de petits obstacles imprévus qui me servaient de prétexte pour remettre mon plan au lendemain. J'ai fini par être en colère contre moi-même !

Prise de conscience productive numéro 5 : le moment idéal pour s'y mettre, c'est maintenant.

Voici d'ailleurs de précieux conseils pour lutter contre la procrastination.

Attendre que les conditions idéales soient réunies et les astres alignés est une perte de temps. Attendre d'avoir le temps de tout faire parfaitement est une perte de temps. Mieux vaut une maison sale avec un évier propre qu'une maison intégralement sale non ?

Oui mais alors, parfois je n'ai pas le temps de marcher aussi longtemps, ou alors on me dérange pendant mon ménage... je n'ai pas fini mon livre de la semaine, c'est décevant !

Prise de conscience productive numéro 6 : il faut réserver des créneaux dédiés à ce qui compte pour nous. (Et dans la mesure du possible, demander à son entourage de les respecter, idéalement en conservant une certaine souplesse). Attendre d'avoir le temps est vain.

Afin de mettre ça en place, il existe de nombreuses astuces pour définir ses priorités.

Une fois ces routines bien huilées incorporées à mon mode de vie, j'ai ressenti le besoin de relever un petit défi supplémentaire : j'ai donc créé ce blog ainsi que la chaîne YouTube Paris-Engomer avec ma meilleure amie Méli de l'Apprentie Plume. Je m'astreins donc à produire une vidéo par semaine et à alimenter régulièrement ce blog, ce qui m'aurait paru un rythme très hasardeux à tenir il y a seulement deux ans.

Aujourd'hui, je ne sais pas quand j'occuperai à nouveau un emploi mais j'espère que j'en trouverai un qui aura du sens pour moi. En attendant, chaque journée qui passe est productive car j'y inclus quelques efforts qui contribuent à mon bien être et à celui de mes proches.

Astuce bonus numéro 1 : si on prend l'habitude de faire chaque jour ou semaine la même chose au même moment, l'effort ressenti est moins pénible, on passe en productivité automatique.

Astuce bonus numéro 2 : quand je ne fais rien de très important et que je pense à quelque chose à faire qui prend moins de deux minutes, je le fais immédiatement. Sinon, je le note dans mon agenda.

Astuce bonus numéro 3 (après j'arrête :p) : avoir un agenda, ça m'aide vraiment BEAUCOUP au quotidien, j'en ferai sûrement un article d'ailleurs.

Et-vous, vous sentez-vous productif ? Est-ce lié à votre emploi ou avez-vous ce sentiment dans votre vie personnelle également ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article