Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ce que je sais

Se libérer de la peur des araignées (2) - Préciser sa peur

Je vous propose une série d'articles et de vidéos expliquant les actions que j'ai mises en place pour passer d'une arachnophobie qui me gâchait la vie à un "simple" dégoût. Dans cette deuxième vidéo, je vous partage comment j'ai réalisé que ma peur était plutôt spécifique et non pas généralisée comme je le pensais.

Pour me soulager de ma peur des araignées qui devenait très envahissante et handicapante dans mon quotidien il y a quelques années, j'ai entrepris un travail avec une psychologue spécialisée dans les phobies.

Lors de ma première séance, elle m'a posé une question surprenante :

Avez-vous vraiment peur des araignées ?

Ben... oui c'est pour ça que je suis là non ?

Mais de toutes les araignées, dans toutes les circonstances ?

Heu... je suppose que oui.

Elle m'a proposé d'aller le vérifier immédiatement, en allant ensemble observer une araignée très commune qu'on trouve facilement au détour d'un couloir poussiéreux : le Pholque phalangiste (les araignées toutes maigrichonnes qui font des toiles dans les coins du plafond et n'en bougent plus).

J'ai été très étonnée de constater qu'en observant la bestiole, je ne ressentais rien. Je n'avais jamais pris le temps de faire ça. Et donc par automatisme "araignée = horreur", je les évitais et stressais en les apercevant, alors que là, en restant à l'observer, j'ai réalisé qu'en fait je n'en avais pas peur. 

Ca peut paraître dingue que je ne m'en sois pas rendu compte plus tôt dans ma vie, mais ça a été un genre de "révélation", et la psy m'a encouragée à me questionner sur plusieurs types d'araignées, et aussi sur les circonstances : cette araignée ne m'a pas fait peur en étant scotchée au plafond, mais aurais-je eu peur si elle avait grimpé sur mon bras (spoiler : OUI).

Dialoguer avec la psy m'a été utile car ses questions ont orienté ma réflexion, mais j'ai pu poursuivre seule en me confrontant à des images, vidéos, et parfois en allant observer de vrais araignées en restant à une distance confortable.

Ce travail m'a permis de préciser ma peur. Je suis passée de :

J'ai peur des araignées (toutes, tout le temps, partout... ce qui provoquait beaucoup d'appréhension et d'angoisse)

à

J'ai peur de certaines araignées (les tégénaires et trucs qui y ressemblent c'est à dire les grosses, épaisses, marrons), s'il existe un risque de contact (en gros si elles circulent dans le même espace que moi. Une mygale dans un terrarium je m'en fous)

Cette prise de conscience ne m'a pas ôté le dégout de ces fameuses araignées, mais en voyant que ma peur était beaucoup moins généralisée que je ne le pensais, je me suis sentie bien moins vulnérable.

En me renseignant un peu sur leur mode de vie, j'ai appris qu'elles préféraient les construction humides et ombragées, donc il y a très peu de risque par exemple de les rencontrer lors d'une balade en pleine nature, ou pendant un pique nique au soleil. J'ai donc cessé d'appréhender un grand nombre de situations et c'est vraiment libérateur.

Je pense que cet exercice peur être intéressant pour beaucoup de phobies, bien sûr il sera plus ou moins facile à effectuer : les araignées sont assez accessibles alors qu'aller observer des serpents est plus compliqué, il faudra alors vous contenter d'images.

En tous les cas je vous conseille de toujours creuser et de ne pas rester à subir une peur vague et floue : connaître les contours, les limites des situations qui nous font peur aide à se sentir beaucoup plus en contrôle.

Cela permet aussi de relativiser un peu car mon entourage pouvait me percevoir comme vraiment "chochotte" en pensant que la moindre petite araignée me terrifiait (je ne porterais personnellement pas de jugement sur quelqu'un qui aurait effectivement peur de ça, mais les gens sont rarement compréhensifs je trouve), alors que maintenant, si j'explique que j'ai peur qu'une grosse araignée me grimpe dessus, les personnes de bonne foi admettent que généralement, elles aussi auraient peur si ça leur arrivait.

Si vous avez envie de faire cet exercice à l'aide de photos, je vous conseille un bouquin super que ma mère m'a offert : L'indispensable guide des araignées communes de France et autres arachnides, de Dominique Martiré.

J'ai encore de nombreux autres conseils à vous partager sur le sujet, dîtes-moi si celui-ci vous aide, et si vous avez réalisé que votre peur était un peu différente de ce que vous pensiez ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article